Lors de la réunion des ministres des Finances et des dirigeants de Banque Centrale du G20 dans la ville de Gyeongju du 21 au 23 octobre 2010, en vue de préparer les travaux de la prochaine réunion des chefs d’Etat et de gouvernement du G20 dans la ville de Séoul, les Etats-Unis, un des Etats membres du G20, ont montré leur mécontentement et donc leur désaccord à l’égard des décisions prises par la Chine, un autre Etat membre du G20, au sujet de son taux de change réel, en effet, les Etats-Unis ont demandé à la Chine de ne plus avoir un taux de change réel sous-évalué, c’est ainsi que, les ministres des Finances et les dirigeants de Banque Centrale du G20 ont montré leur accord « en faveur d’un système de taux de change d’avantage déterminé par les marchés » et ont fait la promesse d’éviter des dévaluations compétitives du cours de leur monnaie respective.

 

Dans le monde, ces accords de coopération ou d’entente entre économies au sujet de leur de change respectif sont nombreux, en effet, d’après la répartition des Etats membres du FMI suivant la startégie de poltique monétaire publiée par le FMI, des différentes stratégies de lutte contre l’inflation, à la disposition des économies, plus de la moitié des Etats membres du FMI ont adopté une stratégie d’objectif de change, en tout cas, la zone franc, l’ensemble constitué des quatorze Etats d’Afrique sub-Saharienne qui signent en 1972 et 1973 des accords de coopération avec la France au sujet du taux de change de leur monnaie commune, le franc cfa, en est un exemple.

 

Afin de préserver la parité fixe qui existe entre leur monnaie commune, le franc cfa, et la monnaie unique européenne, l’euro, les Etats membres de la zone franc doivent respecter des règles, par exemple, au sujet de la gestion des réserves de change en zone franc, le taux de couverture extérieure de la monnaie, rapport entre les avoirs extérieurs de la Banque Centrale et ses engagements à vue, ne doit pas être inférieur à 20% pendant plus de trois mois consécutifs.

 

Autrement dit, en raison de l’intérêt accordé au taux de couverture extérieure de la monnaie en zone franc, comme les avoirs extérieurs représentent les créances des résidants sur les non résidants, au sujet de la gestion des réserves de change en zone franc, les Etats membres de  la zone franc doivent détenir leurs réserves de change, d’un montant équivalent à environ 20% de leur dette externe, sous forme de créance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Oscar KUIKEU est docteur ès sciences économiques, avec la mention Très Honorable, de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (FRANCE). 

 

 

 

Catégories