Il faut reconnaitre que cela a fait presque 10 ans que le Liberia et la sierra Léone ont retrouvé le calme – même s’ils toujours des Etats fragiles. Mais force est de constaté que des rejetons de Charles Tylor, Fodé Sankhon et autres seigneurs de guerres en Afrique de l'ouest dans les années1990 et début 2000, sèment la terreur encore et toujours. Les récents massacres en Côte d'ivoire de la semaine passée font état d'éléments armés aux accents anglophones comme ce fut le cas en Guinée lors du massacre et des cas de viols, e 29 Septembre 2009 et récemment au mois de novembre 2010 après la publication des résultats du second tour de la présidentielle guinéenne.

 

A chaque fois on signale la même barbarie. Des personnes décapitées, assassinées à bout portant, des cas viols et de pillages…

 

Si de par le passé, c'est sont comme certains l'ont signalés, de ivoiriens, des burkinabés qui épaulaient  les rebelles sierra-léonais et libériens l'action de ces derniers, peut être qualifiée dans le jargon amical, un simple retour de l'ascenseur à des régimes mal en point.

Souvent dans tes témoignages, les noms de mercenaires sud-africains circulent  aussi venant en appuis à des régimes qui veulent se maintenir au pouvoir à n'importe quel prix,même à celui de la vie de leurs concitoyens. Je me demande toujours comment en Afrique on peut tuer une partie de la population et gouverné une autre?

L'enjeu de la stabilité en Afrique de l'ouest ne se limite pas seulement à des élections que l'on qualifie de libres, transparentes et démocratiques. Ce sont là des mots qui ne sont pas encore dans le vocabulaire de l'africain. Surtout quand on voie des présidents qui après plus de 20 ans au pouvoir, se font réélire avec des score digne d'une dictature, et c'est bien le cas. Tenez-vous comme par exemple, les élections au Burkina-Faso sont passées comme une lettre à la poste. Il me semble que Blaise a bien joué le coup. Organisé une élection entre deux élections dans deux pays en proie  à des fortes tensions, rien de plus simple pour se faire réélire sans que le monde ne crie au scandale. Il faut dire que, au même moment en Guinée, il y avait la crise post-électorale suite à la proclamation des résultats du second tour et les ivoiriens préparaient un second tour très tendu entre Gbagbo et Ouattara.

La stabilité de la sous-région doit tenir compte de ces criminels de rebelles. Il faudra faire une chasse aux sorcières a ces bandes voyous qui sèment la terreur jusque dans les maisons de paisibles citoyens, tout simplement parce qu’ils ont une opinion contraire à celui du camp qui veut les éliminés. Les arrêté et les mettre en prison pour qu’ils ne ressortent jamais. Après les massacres du 28 Septembre 2009 en Guinée, le monde entier  a bondit d’un coup comme s’il venait de découvrir une horreur  sans précédente alors que de tels faits ne sont pas nouveaux. A ce titre je commence à penser que l’amnésie collective qui est un sport nationale en Afrique, le devient petit à petit au niveau international. Les guerres civiles au Libéria et en Sierra-Léone, en ont fait pires. Et vu qu’en ces temps les punitions n’ont pas été faites, un travail de fond pour démasqués et punir autant les commanditaires que les exécutants non plus, les mêmes causes, et plus ou moins les mêmes éléments ont produits les mêmes effets ces derniers temps en Guinée et maintenant en Côte d’ivoire.
On a coupé les têtes  certes (l’arrestation de Charles Taylor par l’exemple) mais les branches poussent et font de petits Taylor très méchants et indisciplinés dans la sous régions ouest-africaine. Ces évènements douloureux en Guinée avaient ému la communauté internationale qui avait promis que ces crimes ne resteraient pas impunis. Forces est de constater   après qu’une année passée, que la lenteur des choses a fait que ces éléments armés et dangereux sont parti dans l’autre chantier qui est la Côte d’ivoire et y font les mêmes travaux. Il faut surveiller et ratisser de la façon la plus large possible pour récupérer ces armes qui circulent dans la sous-région et qui continuent de faire de victimes et y mettre fin à l’action de ces « tueurs en série ».

Organisé des élections c’est bien, car il ne faut jamais soutenir une prise de pouvoir par la force, mais faire la chasse à ces bandes de mercenaires d’Afrique de l’ouest c’est encore mieux, pour justement empêcher ceux qui seront tenter de les utiliser pour prendre le pouvoir par la force n’y parviennent pas

C’est tout un défi de la part des chefs d’ État et des citoyens de l’Afrique de l’ouest. C’est au prix de ce combat que nous connaitrons en fin la paix, la stabilité et la démocratie dans nos pays, pour un essor économique qui se fait toujours attendre en dépit des immenses richesses naturelles et compétences  humaines que disposent nos pays respectifs.

Catégories