Interview de Muzac Magazine à l’Ecole de musique Othello Bayard, par Dickens Princivil

Le media en ligne Muzac Magazine a décidé de rencontrer un personnage qui se consacre à la formation de la jeunesse dans le domaine musical : Lucien Macome. C’est un exemple à suivre, dans la mesure où l’esprit désintéressé de nos jours dans notre milieu …  
 
Muzac Magazine. - Mr. Lucien Macome, Muzac Magazine et la Radio Aquinoise internationale à Paris, vous saluent et vous présentent leurs compliments pour le travail accompli dans le domaine de la formation musicale aux Cayes, ville chef-lieu du département du Sud d’Haïti.
 
Vous êtes le Directeur de cette institution, pouvez-vous vous présenter pour nos auditeurs ?
 
Lucien Macome. -  Je vous remercie pour cette opportunité d’avoir à parler de l’école de musique Othello Bayard. Enseignant depuis environ 27 ans, je travaille comme professeur de communication créole dans les collèges et lycées de la région sud et à l’Ecole des Infirmières des Cayes.  De même, je suis un entrepreneur formé par le groupe croissance SA.
M. M. -  Monsieur Macome, parlez-nous un peu de l’Ecole de Musique ?
 
L.M.-  Face aux problèmes de la drogue, de la prostitution, de la délinquance juvénile et de la violence qui rongent le tissu social haïtien, l’Ecole de musique Othello Bayard se présente comme une alternative et s’efforce d’apporter une large contribution dans le développement de l’art.
La ville des Cayes, considérée traditionnellement comme la troisième de la République, à cause de son importance politique et socio-économique, est localisée à 194 km de Port-au-Prince la capitale d’Haïti.  La population de cette ville, recensée en 2004, est de 60.000 personnes dont la majorité est constituée de jeunes de moins de trente (30) ans.

Sur le plan socio-culturel, avant l’ouverture de l’école, la ville était  pauvre en activité. C’est dans un contexte économique difficile et socioculturel de plus en plus incertain que l’Ecole de musique Othello Bayard  s’efforce de servir la population de la plaine des cayes en offrant une formation musicale de qualité tant en théorie ( solfège ) qu’en pratique  des instruments à vent, à cordes, à clavier et à percussion. L’Ecole de Musique Othello Bayard ne fonctionne qu’avec une subvention mensuelle de cinquante mille (50,000.00) gourdes  de la Banque de la République d’Haïti ( BRH ). Grâce à cette subvention, elle a pu embaucher et payer dix personnes soit à titre de professeurs, soit à titre de personnels administratif.
Maintenant un orchestre philharmonique, un orchestre de chambre et une fanfare sont constitués avec la possibilité de recevoir chaque année une promotion en classe de théorie. 

Cependant, l’école fait face à des problèmes énormes au point de vue financier et logistique car l’institution veut rester fidèle à sa philosophie philanthropique pour ne pas empêcher la couche défavorisée, d’accéder à cette activité, même quand elle n’arrive pas à payer payer même les deux cents cinquante (250)gourdes réclamées comme frais mensuel.
M. M. : Depuis quand l’Ecole de musique Othello Bayard a-t-elle commencé à fonctionner dans la ville des Cayes ?
 
L. M. -  On a commencé à réfléchir sur le projet au cours du mois d’Août 2003 ; et le 27 Décembre de la même année, le projet est lancé par un grand concert classique présenté par l’Orchestre de l’Ecole de Musique Desaix Baptiste de Jacmel au centre culturel catholique St Louis des Cayes le 12 Janvier 2004, les cours de solfège ont donc commencé au local du Collège Saint Jean des Cayes, une institution de la congrégation des Oblats.
M. M. - Pourquoi avez-vous pris l’initiative de créer une telle institution ?
 
L. M. -  Comme je viens de le dire, j’ai  pris l’initiative de créer  l’institution pour aider  l’Etat Haïtien à encadrer les jeunes afin de les protéger contre le délinquant qui ronge la société Haïtienne.
M. M. - Combien de musiciens compte l’école actuellement ?
 
L. M. -  Actuellement l’école compte cent trente-cinq (135) jeunes musiciens de ses différents orchestres y compris les nouveaux étudiants en solfège et cours pratiques.
Je dois souligner à votre attention le fait que la philosophie de l’institution l’oblige à compter sur ses anciens étudiants qui sont nombreuses en dehors de la région sud pour leurs études universitaires mais qui pensent toujours à rejoindre les nouveaux musiciens pendant les concerts.
M. M. - Pouvez-vous nous parler de l’enseignement  musical offert à l’Ecole de musique Othello Bayard ?
 
L. M. -  Ordinairement, les nouveaux étudiants commencent avec des cours de solfège et après trois mois d’initiation, ils entament des cours de pratique en instrument à vent, cordes, clavier ou percussion etc…
M. M. - Est-ce que l’Ecole de musique Othello Bayard a de bons rapports avec de l’Orchestre Philharmonique Sainte Trinité, vos ainées ?  Et avec d’autres institutions sœurs ?
 
L. M. -  Ah oui ! Elle a de très bon rapports avec toutes les autres écoles de musique du pays.
M. M. - Quelles sont les différentes équipes qui composent l’Ecole de musique Othello Bayard et dans quel domaine est-elle liée au monde musical ? 
 
L. M. - : L’institution est dirigée par un staff administratif, avec un directeur des études, est un ancien étudiant de l’ENARTS, un chef pour les instruments à cordes et un autre pour les instruments à vent et à percussion.
M. M. - Comment fonctionne cette institution avec les différentes équipes qui en font partie ? 
  
L. M. -  L’école de musique Othello Bayard n’est pas une institution commerciale, elle ne peut pas toute seule assurer la gestion financière administrative.  On ne réclame qu’un frais mensuel de deux cent cinquante (250) gourdes que la plupart des étudiants ne peuvent même pas verser à l’économat. Pour continuer à la faire fonctionner, on est obligé de compter sur le support des personnes morales ou physiques du pays ou de l’étranger. J’en profite pour remercier la BRH pour son support financier mensuel de cinquante mille (50,000.00) gourdes. Je remercie la Fondation SOGEBANK, la Fondation UNIBANK, la FOKAL, la Fondation Lucienne DESCHAMPS, Food For The Poor pour ses différents supports aux programmes camp d’été de l’école et l’Orchestre Symphonique de Berlin pour leur don en instrument.
M. M. - Quel est le projet de l’Ecole de musique Othello Bayard pour l’année ?
 
L. M. -  A court terme : On commence déjà à réfléchir pour le camp musical qui aura lieu du 1er au 15 Août de cette année et  sera clôturé dans l’après-midi par un grand concert traditionnel de l’école, sans oublier le concert de noël et du nouvel an.
 
A moyen terme et long terme :  a) On est en train de réfléchir sur le projet de construction du campus de l’école sur une portion de terre de valeur vingt-cinq centième 25/100 de carreau affermée à l’Etat Haïtien suite aux précieuses démarches de Monseigneur Guire Poulard et du Cardinal Chibly Langlois.
b) On aimerait former un grand orchestre à même de représenter valablement Haïti à travers le monde.
Profil du campus envisagé.
·         Un auditorium pouvant accueillir mille cinq cents (1500) personnes.
·         Une salle de classe pour chaque catégorie d'instrument, pour enseigner l'art  Plastic, la danse et l’art dramatique.
·         Des chambres à coucher à même d’héberger les professeurs de Port au Prince qui arrivent tous les week-ends pour travailler à l'école, les volontaires de l’étranger venus pendant  les camps d’été (séminaires) réalisés toutes deux  premières semaines du mois d'Août et probablement ceux qui devront rentrer pour travailler comme professeurs à l’école.
M. M. - Pouvez-vous nous faire jouir d’une séquence audio d’une de vos prestations musicales ?
 
L. M. -   Malheureusement, nos fichiers contenant des musiques de différents orchestres de l’école sont détruits par des virus mais l’institution dispose de certains morceaux sur youtube que vous pouvez entendre en tapant le nom de l’école.
M. M. - Quelle est le mot de la fin pour terminer ?
 
L. M. -   Pour finir cette interview, je voudrais lancer un SOS aux gens de bonne volonté afin de trouver des supports en ressources humaines, financières, matérielles afin de pérenniser cette école de musique.
Muzac Magazine et la Radio Aquinoise Internationale vous remercient  et vous souhaitent bonne continuité. 
 
L. M. -   A-moi de vous remercier Monsieur Muzac pour cette interview qui assurément sera très profitable pour l’école de musique Othello Bayard.
Vous qui voulez nous rejoindre nous sommes sur le (509) 38669777, sur : othellomusique@hotmail.com ou sur facebook en tapant le nom de l’école.
Présentation : Dickens Princivil
Media en ligne Muzac Magazine
www.muzacmagazine.com
muzacmagazine.weebly.com
Haïti : (509) 3754-0463
USA : 954-353-4500

Catégories